La Presse + : virage numérique avec 55% de journalistes en plus !

Vous en connaissez beaucoup des rédactions de journaux qui, ces six derniers mois, sont passées de 225 à 350 journalistes ? Et sans faire payer le lecteur ?

J’en ai rencontré une à Montréal : celle du grand quotidien La Presse avec sa superbe application gratuite « La Presse + » pour iPad lancée mi-avril, qui se veut la nouvelle édition numérique du quotidien.

Six mois après, c’est, en ce moment, LA « success story » audacieuse des médias canadiens. Au point que ses dirigeants comptent bien se passer un jour du papier et se prêtent à rêver à exporter la formule sur d’autres marchés francophones.

« Nous avons dépassé toutes nos espérances », a résumé cette semaine à Montréal, Mario Girard, son directeur de l’information en donnant les derniers chiffres :

  • 300.000 téléchargements en 6 mois.
  • 850.000 visites par semaine, 2,5 millions de visiteurs uniques par mois et 100 millions de pages vues.  

Le temps de consultation moyen de l’appli est aussi spectaculaire : 35 minutes par semaine et 70 minutes le week-end, avait récemment indiqué le patron du groupe, Guy Crevier. Même après l’avoir regardé le matin, les gens reviennent la consulter le soir !

« La gratuité de l’information est bien ancrée dans les habitudes de consommation numériques et ce phénomène est irréversible », avait-il assuré au printemps.

La-Presse--iPad (1)

Avec cette application – dont la version Android sera lancée en janvier--, le journal La Presse assure, en substance, qu’il n’est plus un quotidien, que le papier aura disparu d’ici peu, voire même qu’il gagne de l’argent chaque fois qu’un abonné papier se désabonne !

Au Québec tout le monde regarde bien sûr de près l’expérience et s’interroge sur sa pérennité et surtout son modèle d’affaires.  

Les clés du succès ? 

  • Un gros investissement de 40 millions de dollars canadiens (28,5 millions €) par le groupe de presse Gesca (filiale de la Power Corp. de feu le milliardaire Paul Desmarais). Plus que Murdoch dans le Daily Beast.
  • Trois ans de préparation.
  • Entre 100 et 130 embauches, selon les estimations. Une vraie razzia de talents chez les développeurs, les designers, dans les autres rédactions du Québec et les écoles de journalisme.
  • Des publicités multimédias propres à l’iPad, engageantes, interactives, très travaillées et vendues chères, qui, une fois n’est pas coutume, apportent une vraie valeur ajoutée en terme de contenus.
  • Des contenus interactifs, rapides, visuels. De nouvelles formes narratives. Du journalisme de données. Beaucoup de « lifestyle ». 5 à 7 sections différentes chaque jour, et 8 ou 9 le week-end. Et beaucoup de vidéos (20 à 25 par jour sans compter les plateaux et les interviews). Avec au bout, un vrai rajeunissement de l’audience basé sur la très vive pénétration des tablettes.
  • Une équipe vidéo de 35 personnes placée au centre d’une rédaction entièrement transformée, 3 plateaux, un studio TV, plus des graphistes, des pupitreurs. Au point que les télévisions commencent à s’inquiéter.
  • Des journalistes multi-compétents : les photographes se sont mis à la vidéo et les reporters aux « breaking news ». 

Les écueils potentiels ?

  • La disparition il y a quelques jours du patriarche Paul Desmarais, qui croyait dans ce projet. Nul ne sait si ses héritiers et les futurs dirigeants du groupe Power continueront l’aventure dans les médias.
  • Le manque de passerelles entre le site de LaPresse.ca, 1er site d’infos au Québec, et l’appli de La Presse +. Quelle est la bonne édition numérique ?
  • Et une vraie critique qui vient des vieux lecteurs : l’absence d’avis de décès !

téléchargement

Mais La Presse+ continue d’affirmer offrir gratuitement « le meilleur du web, de l'imprimé, du mobile et de la vidéo ». Le site web jouit toujours de 2,5 millions de visiteurs uniques par mois (Québec compte 7 millions d’habitants).

La version papier tire quant à elle à 250.000 exemplaires et va régulièrement diminuer. Une seule certitude à ce sujet, le contrat d’impression qui lie La Presse à son imprimeur le géant Transcontinental prendrait fin en 2018.

 

 

 

A lire aussi

  • Stéphane Poirier

    Bonjour, je suis Stéphane Poirier, étudiant en master 1 "Sciences du management". Nous organisons un séminaire avec mes camarades sur la presse numérique. Auriez vous une adresse où l'on pourrait vous joindre car nous voudrions vous convier à l'événement. Cette article correspond au genre que nous recherchons.
    Merci d'avance et bonne année.