Tristan Jurgensen (RTL NET) : "la radio doit conserver sa puissance de prescription et maîtriser sa distribution"

Par Barbara Chazelle, France Télévisions, Directions Stratégie et Prospective

Méta-Media a rencontré Tristan Jurgensen, DG de RTL NET, pour une interview en 5 questions. L'occasion de parler du tournant numérique de la radio, d'évoquer les atouts de ce média vieux d'un siècle, mais aussi des défis à relever.

Pour Tristan Jurgensen, "la radio doit conserver sa puissance de prescription, notamment dans le domaine musical. [...] C'est important de garder des marques fortes et d'être clairement positionné. Et rester maître de sa distribution." C'est cette volonté de maîtriser la distribution qui a poussé les grands groupes radiophoniques nationaux  (NextRadioTV, NRJ Group, Lagardère, RTL et Radio France) à préparer un "Hulu à la française" version radio, Direct Radio, qui sera lancé à la rentrée.

Le DG de RTL nous explique pourquoi les radios indépendantes ne font pas partie du projet. Toujours dans l'actualité, nous reviendrons sur le lancement du nouveau site RTL.fr intégralement développé par les équipes de RTL NET ; après la TV Augmentée de France Télévisions, RTL propose désormais une offre de "Radio Amplifiée".


En bonus, après Axelle Lemaire, Fleur Pellerin et Gilles Babinet, Tristan Jurgensen nous dévoile les objets connectés dont il rêve.


A lire aussi

  • http://www.sirti.info Mathieu Quétel

    Direct Radio est en vérité une réponse au lancement (réussi) de la Radio Numérique Terrestre le 20 juin dernier. Les groupes nationaux (présents en radio et télévision) refusent la concurrence que peut apporter la RNT tout en respectant le modèle économique de la radio. Il est surprenant de découvrir les raisons pour lesquelles les PME de la radios ont été exclues de Direct Radio... Les fondateurs de cette "plate forme" se réservent le droit d'accepter ou de refuser tel ou tel éditeur sur Direct Radio... Belle leçon au moment notre média doit négocier son virage numérique : les groupes refusent la concurrence de la RNT et organisent celle du net ! C'est toute notre industrie qui aura à pâtir de ce comportement oligopolistique. On notera avec stupeur la présence du service public de la radio dans cette affaire et la négation de l'existence des PME de la radio mais également des radios associatives.