L’info TV court après les jeunes et … Vice News

Vice News dérange. Mais, une nouvelle fois, Vice News fait bouger les lignes de l’information.

edinburgh-logo-stacked-01-22190

Entre répulsion, admiration et provocation.

-- Répulsion d’abord : aucune des quatre grandes rédactions TV britanniques n’auraient diffusé tel quel le récent reportage vidéo choc de Vice News sur l’Etat Islamique proclamé, ont assuré vendredi à Edimbourg les patrons de l’info de BBC News, Sky News, Channel 4 News et ITV News.

« Manque de contexte, de mise en perspective et de récusation », a résumé Mary Hockaday, patronne de la rédaction de BBC News. « Oui, ce reportage nous permet d’en savoir plus et de mieux comprendre +l’Etat islamique+. Mais en aucun cas nous ne l’aurions diffusé ainsi. D’autant qu’il a l’air de valider l’existence même de cet Etat ».

« Jamais nous n’aurions montré les têtes décapitées sur les grilles », a renchéri Geoff Hill, éditeur d’ITV News.

-- Admiration ensuite : aucun autre journaliste d’un grand média n’est parvenu à ce jour à raconter l’Etat islamique de l’intérieur. Seul Vice News a réussi*.

Son reportage, réalisé par Medyan Dairieh, photo-journaliste et reporter de guerre palestinien, basé à Londres, a déjà été « vu 7 millions de fois » depuis une dizaine de jours, a indiqué Kevin Sutcliffe, patron de l’info de Vice News en Europe.

« Vous savez désormais ce qu’est cet Etat islamique, ce qui s’y passe (…). C’est brutal, inacceptable. C’est un vrai témoignage qui a dominé les débats sur les télés américaines la semaine dernière, pas une opération de relations publiques (…) Le contexte est aussi sur notre site web ».

« La série n’a bien sûr pas été revue ou visionnée par l’Etat islamique avant diffusion », m’a, par ailleurs, assuré Sutcliffe.   

-- Provocation, enfin :

« Notre audience a 20 ans en moyenne. Elle est partie de la télé classique comme de la télé en continu. Les jeunes ne veulent plus de l’info distillée par de vieux journalistes depuis un plateau derrière leur bureau. Ils veulent du journalisme de terrain réalisé par des gens de leur génération », ajoute Sutcliffe, sur la scène du Festival International de Télévision d’Edimbourg.

« Nous parvenons même à les engager sur des documentaires sur l’actu internationale qui font entre 12 et 14 minutes ».

Hauts de cœur de ses collègues, qui voient là plus un « journalisme Jackass » que la version moderne de leur métier, qui mettent en avant la confiance dans leur marque et critiquent l’uniformité très masculine de l’audience de Vice.

Pourtant les jeunes désertent les JT.

« Une chose est sûre, confirme Hockaday de la BBC,  les jeunes n’imiteront pas les comportements des générations précédentes ».

En d’autres termes, tout comme il est à peu près acquis que les jeunes n’achèteront pas la version imprimée du Monde le soir en sortant du travail, il est de moins en moins probable qu’il s’assiéront le soir devant le JT.

En Grande Bretagne, les chiffres de l’Ofcom (le CSA local) sont sans appel : les anglais adultes de plus de 34 ans ont regardé de l’info télévisée durant 115 heures l’an dernier. Une durée qui chute à … 27 heures pour les jeunes de 16 à 24 ans.

Une autre étude, publiée aujourd’hui par l’institut Enders Analysis pour le Festival, montre une chute de 15 % du temps passé par les jeunes britanniques de 16-34 ans sur l’info TV depuis 2010.

Capture d’écran 2014-08-22 à 20.35.58

« Les gens plus âgés ont toujours plus regardé la TV que les jeunes. Surtout pour l’info.  Mais ce qui est très frappant ici c’est que la polarisation est devenue beaucoup plus extrême. Et cet éloignement encore plus marqué des jeunes vis-à-vis de l’info TV suscite des interrogations sur la réversibilité de cette tendance », commente l’analyste Toby Syfret d’Enders.

Pire : la vieille hypothèse d’un transfert de la consommation d’infos TV classiques sur les mobiles ou les tablettes, prisés par les jeunes, « n’est plus valable ».

Capture d’écran 2014-08-22 à 20.36.16

Nouveaux formats pour engager les jeunes audiences : courts et …. longs

La BBC, reconnaissant des usages différents chez les jeunes, dit travailler sur des formats « plus puissamment visuels, sur des reportages plus longs et des analyses qui iront trouver les jeunes là où ils sont ».« Il faudra aussi que nos journalistes y aillent aussi ! ». Elle expérimente déjà aussi les plateformes Instagram et Reddit.  

Les formats courts et visuels de NowThisNews sont aussi cités en exemple.  

« Ce qui ne change pas chez les jeunes, ajoute la dirigeante de la BBC, c’est leur volonté d’être informés, de comprendre et d’avoir confiance dans l’info ».

Channel 4 News, qui assure que 17% de son audience est composée de 17-24 ans, indique pareillement vouloir « aller là où vivent ces jeunes ». Son format « Unreported World » a connu un bond de 20% dans cette catégorie d’âge et elle va mettre en ligne des reportages de 12 à 14 minutes dédiée à cette audience sur des grands sujets d’actu.  

Capture d’écran 2014-08-22 à 20.01.31

Sky News lancera aussi dans les prochaines semaines une campagne d’infos destinée à l’audience jeune avec des débats, l’accueil et le partage des vidéos du public.

Deux recettes s'avèrent, en tous cas, désormais indispensables : « éviter d’être pompeux et utiliser l’humour », assure Channel 4. 

 --------

  • FranceTV info a expliqué il y a quelques jours les circonstances de ce reportage en 5 parties réalisé fin juin au cœur de l’état islamique à Racca en Syrie.
  • Nous avions interrogé Tim Pool l’an dernier à Amsterdam : il nous avait montré ses outils de couverture en terrain difficile. Il couvre cette semaine en direct les émeutes à Ferguson pour Vice News.

Capture d’écran 2014-08-22 à 21.14.05

 

A lire aussi