Comment se "dégafamiser" et reprendre le contrôle de sa vie en ligne ?

Par Diane Touré, France Télévisions, Direction de la Prospective.

Peut-on vivre, en 2015, sans emprunter les autoroutes de l'Internet accaparé par les GAFA (et même GAFAM avec Microsoft). L’Internet aujourd’hui est devenu un espace où quelques gros acteurs monopolisent 90% du trafic transformant l’internaute en un simple produit marketing. Pour Adrienne Charmet, directrice des campagnes de la Quadrature du Net, intervenue à la conférence The United states of Google il y a quelques jours, les géants d’Internet s’emparent de nos libertés individuelles. Désormais, pour ceux qui veulent reprendre le contrôle de leur identité en ligne, il leur faut penser Internet autrement et bouleverser leurs usages.

image :Fabernovel

image :Fabernovel

 L’internet des Géants

Les GAFAM ont su se rendre indispensables sur la toile et désormais maîtrisent toute la chaîne de production. Internet est devenu vertical : ces pieuvres du net abusent de leur position dominante. Facebook possède WhatsApp et Instagram, Google détient Youtube et Android et Microsoft une grosse part du marché des systèmes d’exploitation des smartphones.  Notre société  leur a bel et bien fournis les clés de la toute puissance :

« Nous ressentons cette monopolisation et centralisation dans le simple fait que Windows et IOS soient les deux seuls systèmes d’exploitation proposés lors d’un achat d’ordinateur », a résumé Adrienne Charmet.

 Des libertés de plus en plus encadrées

 Cette centralisation freine l’innovation et entraîne une perte de liberté pour l'internaute qui a perdu le contrôle de sa vie numérique : ses habitudes de navigation sont constamment disséquées, l’art du tracking web a permis la création d’une société de la surveillance. Les conditions d’utilisation des services de Google, Microsoft ou Apple prévoient la plupart du temps la cession pleine et entière des droits d’exploitation des données à des fins commerciales. Une double finalité qui consiste à alimenter les algorithmes de ciblage pour les publicités et fournir un flux constant aux agences de surveillance pour remplir leurs bases de données.

 «  Google  aspire  vos données  personnelles parce que c'est sa manière de se rémunérer, il vous  profile,  cible ce que vous aimez, ce que vous voulez, ce que vous désirez  et à partir de là, va créer un Internet qui va vous convenir, votre Internet »

 Si Google est devenu un réflexe pour la majorité des internautes (91% des français utilisent Google), c’est principalement à cause du fait qu’ils ne peuvent sortir de cette spirale, tout est pensé afin de conditionner l’internaute à la façon Google.

 Des alternatives pour reprendre le contrôle

 « Nos données doivent rester privées, on n’a tous quelque chose à cacher, pas forcément malsaine ou dangereuse, mais des choses que ni Google ni l’Etat ne doivent savoir »

 Pour Adrienne,  nous acceptons avec internet des conditions que l’on n’approuverait pas dans la vie réelle.

« Imaginez, c’est comme si vous vous baladiez avec des tatouages comprenant votre adresse numéro, planning quotidien et une liste des endroits que vous fréquentez »

 Heureusement, il existe des alternatives, des logiciels et systèmes bien plus respectueux de la vie privée et des données des internautes. Framasoft, un réseau dédié à la promotion du logiciel libre a mis en place un ambitieux projet : dégoogliser Internet. Grâce à une carte interactive reprenant la situation géopolitique de la Gaule, l'association a choisi de symboliser les logiciels les plus populaires sous forme de camps romains, lorsqu'ils sont centralisés, verrouillés, ou irrespectueux de la vie privée. Une longue liste de logiciels alternatifs à Youtube Facebook, Dropbox et tous les services de Google sont proposées.

 " Il ne reste plus qu’à apprendre à se dégoogliser, certes on perd un peu de confort, l’ergonomie et les interfaces ne sont pas toujours abouties, mais au prix de la liberté, c’est peu cher payé » a conclu  Adrienne Charmet.

 Quelques exemples de sites alternatifs :

10 conseils pour ne plus laisser de trace sur Internet

Le site controle-tes-donnees.net liste également 10 conseils pour maîtriser ses données et ne plus laisser de trace sur Internet.

Ne laissez plus de trace sur Internet

1. Utilisez et configurez un navigateur libre : Firefox

2. Utilisez un moteur de recherche qui ne vous surveille pas

3. Maîtrisez les traces que vous laissez en améliorant Firefox

4. Naviguez en ne laissant aucune trace avec Tor

Gardez vos échanges confidentiels

5.  Chiffrez vos discussions instantanées et appels vidéo avec Jitsi

6. Chiffrez vos messages avec GnuPG

7. Choisissez un fournisseur d'email qui vous laisse le contrôle

Reprenez la mains sur tous vos outils

8. Reprenez le contrôle de votre ordinateur avec GNU/Linux

Maîtrisez toutes vos données en les hébergeant vous-même

 9. Facilement, sur un NAS (Network Attached Storage), un petit ordinateur entièrement tourné autour d'un système de stockage.

10. Sur un PC ou un raspberry, avec un OS dédié (Yunohost, Freenas...) ou avec un GNU/Linux paramétré par vos soins.

A lire aussi

  • http://jean-henry.com jhmorin

    Le titre de ce post m'a interpellé : <> Le dessin aussi m'a frappé, un peu comme si c'était nous les citoyens ordinaires du Net qui étions les parias de cette société numérique "gafamisée”, “NSAisée”, surveillée globalement, etc.

    Puis en y réfléchissant bien et à la lecture des conseils et propositions pour se “dégoogliser”, je me dis que la situation n’est pas normale. Pourquoi serait-ce à nous les ordinaires citoyens du Net de palier aux manquements manifestes de ces fournisseurs de systèmes et services? Ceci, un peu comme si nous étions dans le maquis, en territoire occupé ou dans un village d’irréductibles NETois.

    Non! Je proteste vigoureusement contre un tel état de fait et je postule qu’il est de notre devoir de citoyen responsables du Net d’exiger que les fournisseurs de systèmes et de services numériques adoptent une posture de Conception Responsable offrant par défaut un niveau de confiance permettant de placer la parie la plus faible, c’est-à-dire NOUS les citoyens du Net, dans une position claire vis-à-vis de l’usage fait de nos données. C’est en gros l’idée défendue sur la fin de cet ouvrage : http://www.fypeditions.com/responsabilite-numerique/ avec la proposition d’une charte de conception durable et un label ouvert que tout les concepteurs peuvent utiliser avec le label ouvert, le tout placé sous la sauvegarde de la multitude grâce au numérique (transparence). La mise en oeuvre d’une telle proposition fait parte des discussions et des travaux entrepris ici : http://tg-csr.org

    Si le monde de l’Entreprise à réussi à faire le pas de la Responsabilité Sociale, il est maintenant devenu primordial de faire un pas similaire en direction de la Responsabilité Numérique pour une société plus respectueuse de nos droits et de nos libertés et surtout qui ne tente pas de mettre dans des ghettos techniques l’immense majorité des citoyens du Net.

    Soyons numériquement exigeants et responsables!

  • JM LE GALL

    . Bit.ly : https://huit.re (LSTU)
    Le raccourcisseur d'URL de FramaSoft, instance de LSTU, s'appelle Huit.re

  • http://www.pharmabis.com/ Alexandre

    Attention, Microsoft ne possède absolument pas la majorité des parts de marchés des systèmes d'exploitations ( OS ) des smartphones. Il s'agit plutôt d'Apple, qui édite iOS le système d'exploitation des iphones/ipad ( 20% de parts de marchés ) etc... et surtout de Google avec Android ( 75%). La bonne nouvelle, c'est que des distributions indépendantes de ce logiciel open-source à l'origine émergent actuellement.

    Par contre Microsoft reste indubitablement un acteur à part entière pour ce qui des systèmes d'exploitation de nos ordinateurs, avec 85/90 % de part de marchés. Même s'il est actuellement menacé.

    Source : http://www.zdnet.fr/actualites/chiffres-cles-les-os-pour-smartphones-39790245.htm

  • http://www.pharmabis.com/ Alexandre

    « Nous ressentons cette monopolisation et centralisation dans le simple fait que Windows et IOS soient les deux seuls systèmes d’exploitation proposés lors d’un achat d’ordinateur », a résumé Adrienne Charmet.

    Cette phrase est également fausse, les deux systèmes proposés sont Windows et Mac OS X, le système d'exploitation pour ordinateur d'Apple, qui est différent d'iOs, le système d'exploitation pour smartphones et tablettes.

  • http://www.pharmabis.com/ Alexandre

    Merci pour cet article, qui est par ailleurs, au demeurant, très intérressant et utile ! :)