L’encyclique et le philosophe : attention danger, la disruption reste incomprise

Si « Laudato Si’ » du pape François porte sur l’environnement, c’est aussi la première fois qu’une lettre encyclique parle du numérique et d’Internet (47,102). Avec inquiétude. Notamment sur l’impuissance et la soumission actuelles des politiques.

Une inquiétude partagée par le philosophe Bernard Stiegler, membre du Conseil National du Numérique, ardent défenseur des humanités numériques, qui – loin d’être lui-même un enfant de chœur-- a lancé, cette semaine au Collège des Bernardins, un cri d’alarme face à une Europe tétanisée, qui, en s’abstenant d’analyser la disruption, « joue en ce moment sa survie ».

En résumé, nos dirigeants ne sont pas à la hauteur des enjeux.

L’homme soumis, inéduqué  

Pope Francis's encyclical on climate change titled "Laudato Sii" during the official presentation of Pope Francis's encyclical on climate change titled "Laudato Sii" (Photo by Massimo Valicchia/NurPhoto)

Pope Francis's encyclical on climate change titled "Laudato Sii" during the official presentation of Pope Francis's encyclical on climate change titled "Laudato Sii" (Photo by Massimo Valicchia/NurPhoto)

« L’humanité est entrée dans une ère nouvelle où le pouvoir technologique nous met à la croisée des chemins », écrit François. « … Mais nous ne pouvons pas ignorer que l’énergie nucléaire, la biotechnologie, l’informatique, la connaissance de notre propre ADN et d’autres capacités que nous avons acquises, nous donnent un terrible pouvoir. Mieux, elles donnent à ceux qui ont la connaissance, et surtout le pouvoir économique d’en faire usage, une emprise impressionnante sur l’ensemble de l’humanité et sur le monde entier ».

Pour Stiegler, qui planchait dans notre séminaire de recherche « Journalisme et bien commun à l’heure des algorithmes », « toute la ressource intellectuelle française et européenne devrait aujourd’hui impérativement se mobiliser (sur cette disruption). Car il y a urgence, extrême urgence, c’est une question de survie de l’Europe ».

photo stiegler à épineuil

« Nous sommes en train de vivre une phase disruptive de l’humanité. Et un des très gros problèmes de l’Europe et de la France, c’est de ne pas comprendre. C’est ne pas comprendre ce que cela signifie, quels en sont les enjeux, et de ne pas avoir de discours sur la disruption. Parce que la disruption ce n’est pas une fatalité que Dieu nous enverrait par exemple « maintenant c’est comme ça, le numérique est là, vous allez devoir vous aligner… ». Non pas du tout, il n’y a pas de déterminisme technologique. Il n’y en a jamais eu et il n’y en aura jamais ».

Journalists and guests follow the official presentation of Pope Francis's encyclical, a collection of principles to guide Catholic teaching, entitled "Laudato Si " during its official presentation, on June 18, 2015 at the Sinod hall at the Vatican.  (Photo by Massimo Valicchia/NurPhoto)

Journalists and guests follow the official presentation of Pope Francis's encyclical, a collection of principles to guide Catholic teaching, entitled "Laudato Si " during its official presentation, on June 18, 2015 at the Sinod hall at the Vatican.(Photo by Massimo Valicchia/NurPhoto)

Dans une « critique du nouveau paradigme et des formes de pouvoir qui dérivent de la technologie », le pape, plus précis, dénonce «la soumission de la politique à la technologie et aux finances ».

(…) « Le fait est que « l’homme moderne n’a pas reçu l’éducation nécessaire pour faire un bon usage de son pouvoir »,[84] parce que l’immense progrès technologique n’a pas été accompagné d’un développement de l’être humain en responsabilité, en valeurs, en conscience. Chaque époque tend à développer peu d’auto-conscience de ses propres limites. C’est pourquoi, il est possible qu’aujourd’hui l’humanité ne se rende pas compte de la gravité des défis qui se présentent, et « que la possibilité devienne sans cesse plus grande pour l’homme de mal utiliser sa puissance » quand « existent non pas des normes de liberté, mais de prétendues nécessités : l’utilité et la sécurité ».

Pour le chef de l’Eglise catholique, le danger vient notamment de « l’alliance entre l’économie et la technologie (qui) finit par laisser de côté ce qui ne fait pas partie de leurs intérêts immédiats ». 

L’homme sidéré

A la soumission, Bernard Stiegler, préfère parler pour l’instant d’état de choc, de stupéfaction :

« … La pratique de la disruption est militaire : c’est une pratique de tétanisation, de paralysie de l’adversaire face à une stupéfaction, une création de stupéfaction. Aujourd’hui nous sommes absolument stupéfait, du clodo du coin à François Hollande, jusqu’à Madame Merkel, en passant par le patron d’Axel Springer, Monsieur Döpfner, qui a écrit cette phrase incroyable « nous avons peur de Google ». C’est inconcevable de la part d’un PDG de dire qu’il a peur de quoi que ce soit. Qu’est ce que ça veut dire ? Ca veut dire disruption. (…) C’est une stratégie du choc.»

Les Américains ont, eux, une vision claire de la disruption

BD-2703_2012_franck_stiegler_5719

Directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation (IRI) au Centre Pompidou, prof à Berlin, Zürich et aux USA, Stiegler, qui anime aussi le groupe international de réflexion Ars Industrialis, estime que l’Amérique, les géants du web, aidés du complexe militaro-industriel US ont eux une vraie vision et un discours sur cette disrutpion, appuyés sur des fonds publics.

« Les gens de Facebook, les gens de Google, les gens d’Amazon, surtout Amazon -- parce que Amazon c’est quand même une réflexion extrêmement systématique sur cette question-- , mais beaucoup d’autres, eux, ont une vision de la disruption, ont un discours sur la disruption. Leur discours n’est pas forcément leur visée, ils savent très bien distinguer ce que l’on doit dire au peuple, au vulgum pecus, et ce que l’on doit garder parce que l’on a une politique de la disruption. L’armée américaine aussi a une politique de la disruption ».

(…)

« Je pense qu’il faut une politique nationale et européenne sur ces sujets. Tant qu’il n’y en aura pas, on passera son temps à courir après la disruption en étant fasciné, fatigué de courir d’ailleurs, épuisé, et on disparaîtra, parce que c’est ce qui est en train de se passer ».

« Je suis stupéfait lorsque je vais aux Etats-Unis où j’enseigne, je peux faire des cours sur le numérique, la théologie etc… mais ici je ne peux pas. En France, il y a un très gros problème de sous-estimation de ce dont il s’agit avec le numérique. Le numérique c’est ce que j’appelais une disruption tout à l’heure, en fait c’est ce que Michel Foucault appelait un changement d’épistème (NDLR : ensemble des connaissances scientifiques, du savoir d’une époque) 

Et je dirais que ce changement d’épistème, c’est un méta-changement d’épistème, parce que ce n’est pas seulement un changement d’épistème comme il s’est produit par exemple à la Renaissance. C’est beaucoup plus que ça encore, c’est beaucoup plus profond que ça. Certains disent que c’est peut-être l’origine même de l’écriture en tant que telle qui est en jeu, je pense que c’est même encore plus profond que ça. C’est de l’ampleur du passage du paléolithique supérieur, du mésolithique au néolithique. Grosso modo, le début de la sédentarisation. C’est de cette ampleur là ce qui est en train de se passer et si nous ne le voyons pas, nous ne verrons rien. Les gens qui réfléchissent à ces questions, aux Etats-Unis notamment, au Canada aussi, eux le voient ».

Capture d’écran 2015-06-20 à 17.42.59

La dernière édition du magazine trimestriel de Prospective Usbek & Rica dénonce d’ailleurs, cet été, dans une longue enquête « l’absence de culture numérique de la classe politique française (…) qui est en train de passer dangereusement à côté de la révolution numérique ». 

Enorme menace sur les industries culturelles européennes 

Stiegler y voit d’abord une énorme menace sur les industries culturelles européennes :

« Nous allons vers un effondrement généralisé de toutes les industries éditoriales Françaises et Européennes ».

« J’aurais pu rajouter la disparition des Presses Universitaires de France, l’effondrement programmé de Gallimard avec Flammarion qu’il a racheté et qui s’est endetté qui ne pourra pas payer etc.

En tout cas le tableau est absolument sinistre. C’est une catastrophe. Et ce n’est pas simplement en France, en Allemagne aussi. En Italie aussi. En Allemagne par exemple il y a des grands éditeurs, de très grands éditeurs, formidables, qui se font racheter par des fonds de pension et qui sont en train de complètement détruire leurs lignes éditoriales, totalement, pour se soumettre à la logique Amazon ».

Capture d’écran 2015-06-20 à 18.21.39

Et Stiegler, membre de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), accuse les Européens, pourtant inventeurs du web, d’avoir laisser les Américains s’emparer très vite de cette plateforme il y a seulement quelques années :

«Souvenez-vous, cent sites web, cent mille sites web, un million de sites web, dix millions de sites web, cinquante millions de sites web, ça progressait comme ça en l’espace de semaines. Et on a eu de nouveau ce truc là avec Facebook. Et ça n’a pas été analysé du tout ce qui est absolument incroyable. Assister à un phénomène pareil qui est un phénomène stupéfiant, disruptif, sans l’analyser quand on est responsable d’Etat, c’est une grave faute. Ca a été analysé, oui mais sous la pression du storytelling des cabinets de conseil anglo-saxons ».

(…) A Bruxelles, « Les anglo-saxons venaient porter la bonne parole américaine qui vous expliquait comment marchait le web, alors que c’est nous qui l’avions crée quand même. C’est incroyable ça. Stupéfiante démission de la responsabilité publique dans cette affaire. Mais pas simplement publique, aussi privée. Les initiatives privées ont été lamentables dans cette affaire ».

Il stigmatise ensuite l’abandon progressif du caractère d’expression individuelle, contributive et démocratique du web, dans « l’extraordinaire dynamique de ce que l’on appelait le web 2, qui depuis a été tué, massacré, par le social engineering, par les big data, par les mesures de doubles numériques de Amazon, par l’automatisation généralisée qui éliminent les singularités ».

Repenser le web au niveau européen

Stiegler veut donc non seulement « repenser l’architecture du web », mais aussi « relancer une politique européenne du web ». « Parce qu’il n’y a pas de politiques numériques en Europe ».

Sans l’armée américaine pendant des années en Californie sur ces sujets, il n’y aurait jamais eu Google, ajoute-t-il. Par conséquent, on vous dit « aux Etats Unis il n’y a pas d’aides publiques » c’est archi-faux. L’Etat américain avait mis mille milliards de dollars dans le multimédia en vingt ans, par l’intermédiaire de l’armée. C’est beaucoup ».

« Et ça, c'est ce que les Européens n'ont pas compris, parce que les Européens sont toujours dans le modèle de la Royal Academy, Newton ».

« Il faut aussi repenser le web, et ça c'est un élément de discussion qui suppose un investissement à long terme par l’Europe sur une vingtaine d'années et ça veut dire qu'il faut lancer une politique d'investissement public ... »

(…) « Il faut bien comprendre que si on veut que la compétence, celle des professionnels, se développe, il faut qu’elle se développe partout. (…) Il faut développer les digital studies. Nous pensons qu’il faut bien comprendre que la disruption telle qu’elle se produit avec le digital, elle commence par transformer radicalement ce que c’est que l’enseignement et la pratique de l’histoire par exemple, ce que c’est que l’astrophysique ou la nano-physique, ce que c’est que la biologie, les mathématiques… bref c’est une révolution épistémique et épistémologique ».

La menace encore plus vaste de l’automatisation sur l’emploi

Cette ignorance des politiques est encore plus dangereuse face au nouveau changement en cours : la nouvelle automatisation logicielle qui va se substituer à des millions d’emplois.

« Ce que nous soutenons, c’est que nous entrons dans une période très intéressante, extrêmement importante et extraordinairement dangereuse de disruption massive et généralisée qui est en train de faire exploser le modèle de redistribution et donc toute la solvabilité des Etats, des entreprises, des banques etc… parce que si on croit en tout cas Oxford, le MIT, Bill Gates et un certain nombre d’autres, et bien la voie de la redistribution par le salaire est finie, elle va régresser donc la macroéconomie devient insolvable ».

« Elle est déjà depuis déjà un certains temps mais on la dissimule avec du spéculatif, du capital spéculatif qui a une fonction de dissimulation de l’insolvabilité, ça a jusqu'à maintenant plus au moins bien ou mal marché ... et maintenant ça ne peux plus marcher car l’insolvabilité à absorber va être absolument colossale ». 

Détérioration de la vie, dégradation sociale

BN-IZ299_vatica_M_20150618052901

Dans le partie « Détérioration de la qualité de la vie humaine et dégradation sociale », le pape François, craint lui que « les dynamiques des moyens de communication sociale et du monde digital, qui, en devenant omniprésentes, ne favorisent pas le développement d’une capacité de vivre avec sagesse, de penser en profondeur, d’aimer avec générosité. Les grands sages du passé, dans ce contexte, auraient couru le risque de voir s’éteindre leur sagesse au milieu du bruit de l’information qui devient divertissement. Cela exige de nous un effort pour que ces moyens de communication se traduisent par un nouveau développement culturel de l’humanité, et non par une détérioration de sa richesse la plus profonde ».

« La vraie sagesse, fruit de la réflexion, du dialogue et de la rencontre généreuse entre les personnes, ne s’obtient pas par une pure accumulation de données qui finissent par saturer et obnubiler, comme une espèce de pollution mentale ». 

Le système va partir en vrille

Avec Ars Industrialis, Stiegler entend lui « réfléchir à de nouveaux critères de redistribution ».

Se basant sur une étude de 2012 de 22 universitaires américains surtout de Berkeley : écologistes, climatologues qui disent : "Attention nous sommes arrivés à une période de shift, c'est à dire au moment où le système va partir en vrille et on ne saura pas le contrôler. Ce n'est pas pour vous tenir un discours apocalyptique, mais d'un point de vue macro-économique le problème est que nous produisons beaucoup d'entropie et pas assez de néguentropie. Il faut passer de la politique de l'emploi à une politique du travail ». « Une politique de l'emploi qui rémunère des employés entropiques qui exécutent des tâches, à des gens qui travaillent et  qui sont capable de dire "non ca va pas je modifie la tache".

« Demain il faut rémunérer les gens qui désautomatisent, mais pour les rémunérer, il faut les former. Qu'est ce que c'est qu'un journaliste demain ? C'est quelqu'un qui est capable d’utiliser des automates pour produire la désautomatisation. »

9782213685656-X « Le problème c'est de repenser fondamentalement la fonction éditoriale : pour la repenser, .. et c'est tout à fait possible, parce que c'est une politique d'investissement dans la nouvelle formation, dans la nouvelle recherche,  si nous voulons créer une économie fondée sur la valorisation de la néguentropie, et ça suppose une extension progressive du régime des intermittents du spectacle qui consiste à dire :vous produisez vos capacités hors emploi ». 

« Pour que ce soit possible, il faut réinventer totalement la fonction éditoriale, il faut modifier le fonctionnement des universités, des écoles ect....  il faut donc que les éditeurs, la presse, les éditeurs de logiciels, les acteurs télcos modifient très profondément leur business modèles, qu'il soient financés par une puissance public, parce que à court terme ceci n'est pas solvable.

C'est ce que l'US Army a fait entre 1950 et 1999, moment où Google a lancé son activité. C'est parce que l'armé américaine quasi pendant 50 ans a permis ce genre de chose, que Google est né ....  Google n'est pas né comme ça, et je pense que l'Europe doit prendre la mesure de ces questions.... ». 

Mélancolique insatisfaction

Le pape, enfin, a des doutes sur les vertus des écrans et des communications par Internet.

« Cela permet de sélectionner ou d’éliminer les relations selon notre libre arbitre, et il naît ainsi un nouveau type d’émotions artificielles, qui ont plus à voir avec des dispositifs et des écrans qu’avec les personnes et la nature. Les moyens actuels nous permettent de communiquer et de partager des connaissances et des sentiments.

Cependant, ils nous empêchent aussi parfois d’entrer en contact direct avec la détresse, l’inquiétude, la joie de l’autre et avec la complexité de son expérience personnelle. C’est pourquoi nous ne devrions pas nous étonner qu’avec l’offre écrasante de ces produits se développe une profonde et mélancolique insatisfaction dans les relations interpersonnelles, ou un isolement dommageable. »

shutterstock_243586609

--------------- 

Disclosure :

  • Avec la théologienne Gemma Serrano, je co-dirige depuis octobre au Collège des Bernardins à Paris, le séminaire de recherche « Journalisme et bien commun à l’heure des algorithmes », qui se prolongera une seconde année à la rentrée.
  • France Télévisions, avec d’autres grands groupes, est partie prenante du financement et de l’exploitation des travaux de recherche l’IRI.
  • J’ai participé (gracieusement), dans la partie sur la réalité virtuelle, à la dernière édition d’Usbek & Rica, un de mes magazines préférés !

Capture d’écran 2015-06-20 à 22.11.10

A lire aussi

  • http://maisouvaleweb.fr/ Mais où va le Web

    Passionnant. Arrivé aux mêmes conclusions dans cette chroniques :
    http://maisouvaleweb.fr/lencyclique-du-pape-lettre-techno-sceptique-et-anticonsumeriste-pour-lhumanite/

    Comme d'habitude avec B.Stiegler, on ouvre les bras à ce web "repensé", "néguentropique", et herméneutique. On aimerait aussi voir les pouvoirs publics s'emparer de la question et ne pas laisser les idées à de petits groupes encore marginaux.

  • Franz

    La mondialisation / le néolibéralisme c'est l'entropie planétaire à plein régime.

    Les documentaires de Adam Curtis (BBC) - notamment The Trap: What Happened to Our Dream of Freedom? - offrent une analyse perspicace sur cette propension à l'auto-aliénation qui caractérise la phase courante de notre civilisation.